Janvier 2012

Le samedi 21 Janvier 2012 à 21.00 heures.

Concert unique à Marseille d’un pianiste exceptionnel :  Joel Forrester.

Avec : Ludovic Murat (sax), Vincent Perrier (sax), Yvan Oukrid (dms), et Philippe Evrard (Cb).

Entrée : 10 euros. Gratuit pour les mômes.

Arrivé à New York au début des années 60, Joël Forrester compose la musique des premiers films d’Andy Warhol. Décidant de parfaire sa formation de pianiste soliste, il est remarqué par le grand Thelonious Monk, qui fait de lui son unique élève. C’est là que Forrester va apprendre les bases de l’improvisation de jazz. Une phrase laconique de Monk résume son talent : « He can play ».

Dès lors, la renommée américaine de Forrester ne va cesser de croître. Tout en poursuivant son travail sur les musiques de films (notamment avec David Rappaport), il joue dans les clubs new-yorkais, seul ou en formation (septet, quintet, trio, duo). On le voit dans les plus grandes salles : Carnegie Hall, Blue Note, Whitney museum,… Il devient bientôt  spécialiste de l’accompagnement de films muets ;  le Louvre et le Musée d’Orsay en font leur musicien attitré pour cette spécialité.Forrester se met à sillonner le monde : Amsterdam, Vienne, Berlin, Liechtenstein, Londres, Canada, Finlande, Autriche, Allemagne, Italie, Hawaï, etc.

Auteur de nombreux albums, parmi lesquels « Stop the Music » est un petit bijou, il a composé la bande son de « Fresh Air », l’émission radiophonique culturelle la plus écoutée aux USA. Cette composition est le morceau de jazz le plus joué en 1998, et lui vaut une complète célébrité.

En 1999 Joël Forrester a composé, pour le TMT, la musique de « Clap » pièce de Louis Calaferte et a accompagné en live les 25 représentations données au festival d’Avignon.

Il fait le même travail pour « le Clown » crée à Marvejols en janvier 2005 pour les 30 ans de la compagnie, repris à New-York en avril de la même année.

Ils ont dit :

« Thanks for the Pretty Music » Andy Warhol

« Woom Baby » Cab Calloway

« Strong, Great Humor » The New York Times

« Brillant, Unclassifiable » The New Yorker

« Le meilleur improvisateur  dans l’accompagnement des films muets » Pariscope.

écouter :  No Question – J.Forrester